CBDC

La Banque du Ghana annonce des plans pour renforcer l'inclusion financière avec la CBDC

  • La Banque centrale du Ghana a déjà commencé un test hors ligne pour l'e-Cedis.
  • Le Ghana a identifié l'inclusion financière comme son objectif principal et estime qu'une monnaie numérique augmentera considérablement l'accès local aux services financiers.

Le Ghana a rejoint la liste croissante des pays qui cherchent à adopter la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC). La banque centrale du pays a fait des recherches sur les CBDC, qui, selon elle, contribueraient à stimuler l'inclusion financière.

Dans une interview avec Cointelegraph, Kwame Oppong, responsable de la fintech et de l'innovation à la Banque du Ghana, a révélé que le pays d'Afrique de l'Ouest est sur le point de finaliser son test CBDC et publiera bientôt sa monnaie numérique à usage public. Il a dit,

Je pense qu'en termes de CBDC, notre objectif est de pouvoir finir de le tester. Nous avons vu les résultats. Nous allons examiner l'étude chaque fois à l'avenir. Mais notre véritable raison de le faire est une plus grande inclusion financière.

Selon Kwame, le Ghana a déjà commencé un test hors ligne pour sa monnaie numérique, le e-Cedis. La monnaie a été testée dans une ville ghanéenne appelée Sefwi Asafo, et les habitants pouvaient facilement acheter des articles sans connexion Internet.

L'e-Cedi du Ghana est une monnaie numérique de la banque centrale de détail que les habitants peuvent utiliser pour les paiements via une application de portefeuille numérique. Le pays a choisi d'aller dans cette direction après avoir annoncé l'inclusion financière comme sa priorité absolue.

Selon le gouverneur de la Banque du Ghana, Ernest Addison, le Ghana a choisi de tester l'eCedi dans une zone avec peu d'accès à Internet pour montrer à quel point une monnaie numérique peut être utile pour faciliter l'accès aux services financiers.

L'intérêt du Ghana pour les CBDC fait suite à la curiosité du pays pour les technologies émergentes et l'utilisation des monnaies numériques. La Banque centrale du Ghana estime que le lancement d'une monnaie numérique ajouterait considérablement de la valeur à l'économie ghanéenne.

Selon Kwame, la fonction de règlement instantané de la CBDC permettrait potentiellement de réduire les coûts pour la nation ouest-africaine. Il a cependant admis que, comme le reste du monde, le Ghana étudie toujours l'utilisation des CBDC.

Le Ghana rejoint d'autres pays africains comme le Nigeria et la République centrafricaine. Son voisin ouest-africain, le Nigéria, a été le premier pays africain à lancer une CBDC, tandis que la RCA a été le premier sur le continent à reconnaître Bitcoin comme monnaie légale.

L'Afrique possède le troisième marché de la cryptographie à la croissance la plus rapide au monde. Malgré des facteurs limitants tels que la connectivité Internet et les politiques anti-crypto, les Africains ont manifesté une grande curiosité et un grand intérêt pour les monnaies numériques. Selon les recherches, un grand nombre d'Africains se sont tournés vers les crypto-monnaies, en particulier les pièces stables, pour les envois de fonds, l'épargne et une réserve de valeur.

Laurent Woriji Vérifié

Lawrence a couvert des histoires passionnantes dans sa carrière de journaliste, il trouve les histoires liées à la blockchain très intrigantes. Il croit que Web3 va changer le monde et veut que tout le monde en fasse partie.

Dernières nouvelles