La République centrafricaine intensifie son jeu crypto

La République centrafricaine intensifie son jeu crypto en tokenisant les ressources naturelles

Après avoir suivi les traces d'El Salvador en donnant cours légal au Bitcoin, la République centrafricaine (RCA) pousse maintenant l'accélérateur avec des projets de tokenisation de ses ressources naturelles.

La nouvelle ambition de la nation centrafricaine enclavée dans son adoption du Bitcoin est certainement une nouvelle qui mérite d'être méditée pour les investisseurs et les partenaires commerciaux. Les projets cryptographiques et numériques présents dans le pays bénéficieront désormais d'un accès symbolique aux ressources minérales, a déclaré la présidence. Le plan se déroulera sous l'égide du projet Sango soutenu par la Banque mondiale.

Après avoir annoncé le Bitcoin comme monnaie reconnue en avril, le gouvernement a présenté le projet Sango le mois suivant. Les ressources naturelles d'intérêt comprennent le cobalt, le cuivre, le diamant, l'or, le calcaire, le manganèse, le pétrole et le rhodium.

Malgré un éventail aussi impressionnant de gisements miniers, la RCA reste l'un des pays les moins développés du monde. La symbolisation de ces ressources abondantes semble être un moyen de tirer parti des opportunités d'investissement que recèlent ces « trésors géologiques massifs ».

Le président Faustin Archange Touadera et son cabinet ont au moins suscité l'intérêt du monde entier pour les crypto-monnaies et le solide potentiel d'investissement du pays.

Pourquoi les pays devraient tokeniser les ressources naturelles

L'idée de lier les ressources naturelles et les projets de cryptographie est certainement nouvelle. Mais, on se demande si c'est tout ce qu'il prétendait être.

Le coût des ressources naturelles continue d'augmenter d'année en année. Par conséquent, investir dans des sociétés de matières premières est un billet sûr pour la richesse. Mais pour plusieurs raisons, tout le monde ne peut pas investir dans de tels projets. C'est là que la tokenisation entre en jeu - pour garantir une plate-forme qui abaisse la barre pour les investisseurs intéressés.

Modèles de tokenisation des ressources naturelles

Il existe des obstacles techniques et juridiques liés à la tokenisation des actifs avant que CAR puisse transférer la propriété d'actifs spécifiques à la blockchain. Les caractéristiques fondamentales d'une blockchain, y compris la décentralisation et l'immuabilité, sont nécessaires pour assurer la sécurité. Étant donné que les jetons n'existent qu'en tant qu'actif numérique, ce qui le rend pratique.

Il existe deux modèles clés de tokenisation, notamment la tokenisation de l'actif et la mise des ressources naturelles sur la blockchain. Le premier fait référence à la tokenisation d'une marchandise comme un baril de pétrole ou une once de cuivre. La propriété fractionnée des actifs est également possible, ce qui signifie que les investisseurs peuvent posséder une partie de la marchandise de la même manière qu'ils peuvent acheter des actions dans n'importe quelle société cotée en bourse.

Si la RCA tokenise des actifs, le pays devra allouer des actifs à un véhicule à usage spécial (SPV). Les investisseurs recevront des jetons sous forme d'actions de la société, de sorte que lorsque le prix de la marchandise augmente, ils gagnent un revenu. Les jetons peuvent aider à établir d'autres relations contractuelles avec la société émettrice compte tenu de la flexibilité de la technologie sous-jacente.

L'alternative est de permettre aux investisseurs de détenir des participations directes dans une entreprise symbolique qui travaille dans les ressources naturelles. Il pourrait s'agir de n'importe laquelle des sociétés de matières premières de la République centrafricaine. Ces actions sont généralement coûteuses, mais l'investissement fractionné via la tokenisation réduit efficacement la barrière d'entrée pour les investisseurs intéressés. Cela apportera une vague de nouveaux investissements dans une industrie qui pourrait bénéficier de meilleures rentrées de fonds.

Que gagneront les entreprises centrafricaines en tokenisant les ressources naturelles ?

La tokenisation des actifs sera très bénéfique pour les avoirs en matières premières de la RCA. Premièrement, les investisseurs de détail fourniront des flux de trésorerie cruciaux aux entreprises de ressources naturelles qui recevaient auparavant des investissements d'investisseurs institutionnels. Plus d'investisseurs signifient plus d'argent pour plus de projets de prospection, d'extraction, de vente et de traitement des ressources naturelles.

Ces entreprises de ressources naturelles dépendront également moins des banques. Ces institutions financières trouvent des moyens formels d'amortir les problèmes et les risques économiques, même si le client emprunteur en supporte le coût. Les banques sont souvent réticentes à donner de l'argent, sauf à des taux d'intérêt exorbitants.

La tokenisation des actifs habilite les investisseurs privés, et avec les rendements attrayants possibles dans l'industrie de l'extraction et de la transformation des matières premières, ce groupe d'individus sera désireux de risquer des sommes d'argent relativement petites pour générer des rendements importants. Une rentabilité soutenue permettra à ces entreprises de séduire des investisseurs plus agressifs prêts à tenter leur chance sur des transactions risquées.

Dans l'ensemble, la République centrafricaine peut s'attendre à une macroéconomie plus dynamique avec son expérience de tokenisation des ressources naturelles.

Barinem Péné Vérifié

Barry Pene est un chercheur/rédacteur sévère sur la blockchain. Barry négocie des cryptos depuis 2017 et a été investi dans des problèmes qui placeraient l'industrie de la blockchain sur le bon piédestal. L'expertise de Barry en matière de recherche couvre la blockchain en tant que technologie perturbatrice, DeFis, NFT, Web3 et la réduction des niveaux de consommation d'énergie de l'extraction de crypto-monnaie.

Dernières nouvelles